Syrie: Du soutien aérien tactique à très basse altitude

Strategika 51

Après des mois de posture défensive face à l’avancée des différentes organisations rebelles soutenues par l’Otan, l’Arabie Saoudite, Israël,  le Qatar et la Turquie, l’armée syrienne vient de lancer sa plus grande contre-offensive sur Idlib avec le soutien aérien tactique russe. Objectif immédiat: séparer les fronts Sud d’Idlib de celui du Nord Hama.

Le général Ali Abdallah Ayoub, chef d’état-major des forces armées syriennes, supervise en personne l’offensive gouvernementale contre les positions fortifiées de Daech mais également la redoutable milice dénommée Armée de la Conquête (Front Ennosra, Ahrar Al-Sham et dix autres organisations armées)

Tandis que certains appareils de combat russes continuent à assurer des missions de supériorité aérienne dans l’espace aérien syrien, non sans heurts, notamment avec un F-16 et trois drones Predator US, les avions de combat russes effectuent désormais des frappes aériennes à très basse altitude, souvent en visuel, et certains pilotes réalisent de véritables prouesses en…

View original post 23 more words

Advertisements
Standard

2 thoughts on “Syrie: Du soutien aérien tactique à très basse altitude

  1. Recopier et poster ses propres posts: la hoooonte !
    Mais j’ai des excuses… 😦

    Le 10 octobre 2015 à 1430, Diablo a dit:
    Démonstration matérielle:

    L’intervention des Russes en Syrie est aussi une superbe occasion de présenter au monde entier une vitrine du savoir faire russe. Ce qui manque souvent aux fabricants russes est le fameux « combat proven » cher aux Américains qui mieux qu’un faire-valoir agit comme une sorte de sésame lors de la négociation de contrats de matériel militaire. C’est l’avantage indiscutable du matériel américain (et européen dans une bien moindre mesure) sur celui de ses concurrents russes, chinois et autres. Depuis près de 30 ans les nombreux conflits auxquels ont participé l’Occident ont permis de mettre en scène ce savoir-faire.

    Lors de la guerre de Géorgie de 2008 la Russie avait agit de façon soviétique et recourant à la vieille méthode du rouleau compresseur là où les Occidentaux avaient vanté avec un certain succès la guerre high-tech un peu plus tôt au Kosovo et en Irak. Celle qui sauve la vie des innocents pour ne frapper que les bad guys avec une précision chirurgicale.
    Depuis ces conflits finalement assez basiques du point de vue stratégique (on n’avait rien inventé) l’industrie militaire occidentale avait opté pour une surenchère technologique censée écraser toute résistance.

    Ce qui est étonnant et particulièrement dérangeant pour les responsables de l’Otan est de voir qu’une poignée d’appareils russes fait mieux qu’une large coalition occidentale incluant toutes les grandes puissances. La densité et la précision des frappes fut une mauvaise surprise. Le fait de s’implanter au plus près du conflit au lieu de parcourir des milliers de km à chaque vol, la disponibilité du matériel russe sur le théâtre d’opération, le coût et l’efficacité de la méthode en fut une autre. Avec des moyens plutôt réduits les Russes faisaient mieux en une semaine que l’Occident en une année !
    C’était dur à digérer mais jusque là cela restait une guerre de proximité faite par une petite ou moyenne puissance. Le coup de grâce fut apporté le jour de l’anniversaire de Vladimir Poutine. Vingt-six missiles parcourant mille-cinq-cents km, survolant une grande partie de l’Irak sans que les EU en soient avertis, frappèrent en Syrie.
    On assiste au spectacle d’un Occident humilié qui se plaint les bras ballants à la face du monde entier. Les choses n’en resteront pas là, pour l’Amérique c’est une question de survie. Jean Claude Juncker déclarait aujourd’hui* qu’il fallait traiter la Russie d’égale à égale avec l’UE mais aussi qu’il ne voulait plus que Washington nous dicte sa conduite.
    Nous avons du retard mais c’est encore possible. Ne ratez pas la marche Monsieur Juncker, le grand jeu s’accélère.

    10/10/2015
    http://www.demorgen.be/buitenland/juncker-wil-relatie-met-rusland-niet-laten-dicteren-door-washington-a2484775/
    Si ce lien est en flamand c’est parce que la presse internationale est muette sur la relation avec Washington d’où J.C. Juncker revenait d’une négociation portant sur le très controversé TAFTA/TTIP.

  2. Foxhound says:

    Bonjour et merci Diablo. Désolé pour le retard de ma réponse 😦
    Moi aussi il m’arrive de faire des copier-coller d’anciens posts, et donc vous n’êtes pas le seul 😉

    Le “combat-proven” du matériel russe a déja été testé par le passé, et contrairement à ce qui peut être raconté il est jugé excellent par nombre de pays. Un équipage trés compétent d’un char T-55 est capable de détruire encore de nos jours n’importe quel char moderne. C’est tout une question de tactique. Lire ici
    https://en.wikipedia.org/wiki/Battle_of_Phase_Line_Bullet
    Contrairement à ce qui est raconté pour commencer la plupart des chars utilisé par l’armée irakienne au Koweit étaient des T-55, et des T-62 et non des T-72 reservé aux unités de la garde républicaine stationnés dans le sud de l’Irak.
    Par ailleurs les pertes US furent largement plus importantes que ce qui a été annoncé, ce qui inclut des des chars M1 Abrams.

    “Depuis près de 30 ans les nombreux conflits auxquels ont participé l’Occident ont permis de mettre en scène ce savoir-faire.” et
    “…là où les Occidentaux avaient vanté avec un certain succès la guerre high-tech un peu plus tôt au Kosovo et en Irak.”
    C’est là où j’ai un problème et on en avait déja parlé. Concernant la prétendue efficité des chars M1 Abrams, des AH-64 Apache, et de leur A-10 ce lien fait office de preuve :
    http://www.countercurrents.org/lagauche280210.htm
    Voilà comment l’armée US teste son matériel, c’est du jamais vu dans l’histoire. On comprend pourquoi à présent pendant l’occupation de l’Irak de 2003-2011 ils ont perdu des centaines de véhicules blindés -avec au moins 80 M1 Abrams-, des centaines d’hélicoptères AH-64 Apache. Le succés du matériel US ne tient que par la propagande tapageuse qui l’accompagne. Quand au Kosovo le bilan n’est guère plus élogieux.
    Contre les terroristes le gros problème qu’a l’armée syrienne c’est qu’elle avait les ailes bridés. Pour éliminer ces criminels terroristes, l’utilisation de l’artillerie, des orgues de Staline suffiraient amplement. Le problème étant que les barbares à Washington interdisent aux autres de faire ce qu’eux estiment avoir “seul” le droit de faire. Aujourd’hui l’armée russe appuie avec succés l’armée syrienne et frappe là où il faut les alliés des US.
    Ca devrait aller trés vite maintenant que l’armée syrienne peut faire ce qu’elle veut.

    PS-Désolé pour la longueur du message.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s